Le thé blanc, son histoire, sa production

Histoire du thé blanc

Ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de thé blanc fait encore débat. En effet, les érudits et les marchands de thé sont généralement en désaccord quant à quand la première production de thé blanc (comme il est compris en Chine aujourd’hui) a commencé.

Le terme « thé blanc » peut avoir d’abord paru dans la publication anglaise en 1876. Il est amusant de noté qu’il a été classé comme un thé noir parce qu’il n’est pas initialement cuit à la vapeur comme un thé vert, pour désactiver les enzymes internes et les microbes externes.

Le thé blanc est souvent vendu sous la désignation « la pointe argentée Pekoe« . C’est une forme de son nom traditionnel, et maintenant aussi sous les désignations simples : blanc Chine et blanc Fujian.

Fabrication du thé blanc

Le procédé de base pour la fabrication du thé blanc est le suivant :

  1. Sélection de feuille de thé fraîche
  2. Dessèchement de ces dernière
  3. Séchage sous plusieurs formes (séchage à l’air, séchage solaire ou séchage mécanique)
  4. En résulte le thé blanc
Il est à noter que Le thé blanc appartient au groupe de thé qui ne nécessite pas de panoramique, de laminage ou de secousses.

Cependant, le choix de la matière première dans la fabrication du thé blanc est extrêmement rigoureux. En effet, seul le plumage de jeunes feuilles de thé avec des cheveux bien fins peut produire du thé blanc de bonne qualité d’une valeur Pekoe élevée (classement).

Différentes sorte de thé blanc

Il existe en effet plusieurs forme de thé blanc, avec des taux plus ou moins élevé en auti-oxydant.

Voici donc une liste non exhaustive de certains des thé blanc les plus connus :

  • Le thé Bai Mudan (ici Bai signifie blanc)
  • Le thé Mei Shou
  • Le thé fin argenté

Notation des feuilles de thé blanc

Les feuilles de thé sont de différentes tailles juste après la cueillette. Les petites feuilles sont plus précieuses que les grandes. Dans l’industrie du thé, le classement des feuilles de thé est le processus d’évaluation des produits en fonction de la qualité et l’état des feuilles de thé elles-mêmes. Les grades les plus élevés sont appelés «Orange Pekoe» (op), et les plus bas comme «Fannings» ou «Dust» (BOP).

Les teneurs en thé Pekoe sont classées en différentes qualités. Elles sont chacune déterminée par le nombre de jeunes feuilles adjacentes (deux, un ou aucun) qui ont été cueillies avec les bourgeons. Les grades Pekoe de qualité supérieure consistent uniquement en bourgeons. Ils sont cueillis à l’aide du bout des doigts. Les ongles et les outils mécaniques ne sont pas utilisés pour éviter les ecchymoses.

Lorsqu’il est écrasé pour faire des thés en sachet, le thé est appelé « Broken », comme dans « Broken Orange Pekoe » (BOP). Ce sont des catégories de thé dites « inférieure », néanmoins ce sont celles que nous pouvons retrouver dans toutes les grandes surface.

Le schéma de classement contient également des catégories plus élevées que l’op, qui sont principalement déterminées par la totalité et la taille des feuilles.

Les très bon thé blancs coûtent souvent très chère. Nous avons donc fais pour vous une sélection de produits de très hautes qualité à prix abordable. Le but n’étant pas de se ruiner mais de rester en bonne santé en consommant des thés de très bonnes qualité.